• https://www.facebook.com/pages/Whritney-Transformiste/164677086930892

    Whritney Transformiste

  • Longtemps cantonné aux cabarets parisiens comme le célèbre "Chez Michou", les spectacles et les artistes transformistes se produisent aujourd'hui de façon beaucoup plus ouverte et grand public. C'est le cas de la troupe "Les Incroyables" qui a fait un tabac lors de son passage au Casino de Paris.
    On confond transformisme et travestissement. Si l'on en croit les spécialistes, le premier est un art, un métier du spectacle qui implique une idée de théâtralisation. Le second se limiterait au fait de porter des vêtements et de se maquiller dans le but de ressembler à une femme. Le fait que des hommes s'habillent en femmes pour jouer sur scène n'est pas un phénomène nouveau. On en trouve la trace à l'époque romaine mais aussi dans les cultures amérindiennes, chinoises et japonaises. Au 13ème siècle, l'église avait interdit aux actrices de se produire mais tolérait que des hommes portent des vêtements féminins. Mais c'est au 16ème siècle que l'art du transformisme s'est vraiment développé avec notamment la Commedia dell' arte. C'est aussi un Italien qui au 19ème siècle se fit connaître pour sa capacité à endosser près de 100 costumes différents par soir, Il s'agit de Leopoldo Fregoli. Aujourd'hui, son fils spirituel est incarné par l'étonnant Arturo Brachetti. Le cinéma s'est aussi beaucoup emparé de cet art : on se souvient de Tony Curtis et Jack Lemmon dans "Certains l'aiment chaud", de Dustin Hoffman dans "Tootsie" et de Robin Williams dans "Mrs Doubtfire". Mais dans l'esprit du public, le transformisme est avant tout associé à la culture gay avec dans ce registre, le film de référence, à savoir "Priscilla, folle du désert" de Stephan Elliott, sorti en 1984